Mobilier

Mobilier

Commode huit tiroirs

Commode huit tiroirs en noyer massif. Les tiroirs en érable massif sont assemblés par queue droite. Un profil a été intégré dans la fausse façade en guise de poignée. Le coulissage des tiroirs traditionnel se fait sur tassots. Ces derniers pourront être remplacés dans le futur, tout comme les fonds et tout autre pièce, ce qui facilitera les restaurations futures : l’obsolescence n’est pas au programme. Les assemblages, l’épaisseur du bois utilisé et la noblesse du noyer font de cette commode un meuble solide, élégant et fonctionnel.

Petit meuble à tiroirs

Un noyer blond a été coupé, scié puis a séché vingt ans. Il a ensuite été transformé en meuble puis installé à une centaine de mètres du lieu où il a poussé. La structure a été assemblée par queues droites. Les façades de tiroir ont été profilées et leurs parties supérieures permettent la préhension. Les tiroirs en mélèze ont été assemblés par tourillons et placés sur coulisses métalliques.

Table d'appoint

Table d’appoint en pin massif partiellement teintée en bleu. L’ assemblage a été réalisé par queues droites, les chants sont profilés pour affiner un volume simple.
Une tablette encastrable fait office de petit plateau pour l’ordinateur portable ou le repas.

Meuble à chaussures

Meuble à chaussures en MDF laqué noir mat et en érable massif. Un siège a été intégré au meuble pour faciliter son utilisation. Le caisson supérieur et le siège accessoirisent un volume simple. Des poignées ont été conçues en érable.

Pupitre

Pupitre en noyer et loupe massive de peuplier (tablette). Réglable en hauteur comme en inclinaison, il permet une lecture de la partition assis comme debout. La courbe du piètement évoque la volute.

Banc BRUT

BRUT

Bloc de nuit

Projet de fin d’études, conçu et réalisé dans le cadre du Diplôme de Métier d’Art option habitat et mobilier.  La nuit tombe, couvre, renferme…L’action de la nuit ne manque pas d’images.  Comme tout phénomène immatériel, il pousse au questionnement.
En effet, est-il possible de capturer la nuit ? Si la nuit tombe, pourquoi le fait-elle sans bruit, et sans dégâts ? Où est absorbé ce bleu profond qui teinte chaque centimètre carré lorsque le jour se lève ?
J’ai engagé une approche surréaliste de la nuit et de ses expressions. Impossible de dissocier la nuit du rêve et des sensations, terrains de jeux récurrents des surréalistes. L’image d’une nuit en action a été traitée dans l’art et des créations, parfois d’une façon surréaliste. Le design et l’art contemporain ont également exploré ces pistes, souvent à l’aide de la lumière, parfois de couleurs. Ainsi, la nuit pourrait avaler le jour à la manière d’une mâchoire et renfermer d’intimes vêtements de nuit.  Placage d’ébène vert et merisier massif pour les tiroirs.